La physalie jolie, redoutable éclaireuse

 
 Phylasie (Crédit photo Christine Veeschkens avec filtre rouge)

Phylasie (Crédit photo Christine Veeschkens avec filtre rouge)

Après le baliste, voici une emmerdeuse qui s’invite sur les côtes landaises depuis 2008. La physalie, un magnifique flotteur, capture ses  proies, de petits poissons, grâce à de longs filaments qu’elle traîne comme des lignes.

Parfois des lignes de plus de 30 mètres. Problème, ces longs filaments sont fortement urticants.

Ils piquent plus que l’ortie…bien plus…

La douleur ressentie s’approche souvent en intensité celle de la crise néphrétique. Elle peut dégonfler son pneumatophore pour plonger brièvement. Ce n’est pas une méduse, c’est une siphonophore.            

Ces signes particulièrement évidents de réchauffement climatique ne semblent pas inquiéter nos contemporains quand ils entendent qu’il est lié à une production massive de dioxyde de carbone et de méthane, principaux gaz à effet de serre.

Je me souviens l 'état de panique que m'avait provoqué cette révélation dans les années 2000, une panique presque animale.

Mais un peu comme la montée d’Hitler, qui passait inaperçue au plus grand nombre, la population est bien décidée à n'avoir aucun pouvoir dans la direction prise par nos sociétés. L'insouciance paraissant une vertu cardinale à préserver pour maintenir notre fragile bonheur de terrien.

 Insouciance   

Insouciance